Le survivalisme est un mouvement qui annonce de grandes crises et aide à s’y préparer.

On sait que la crise sanitaire est une conséquence de la croissance de la population humaine et de la disparition des espaces sauvages sur la terre au profit des élevages intensifs et zones bétonnées et plastifiées.

Elle n’est que le début d’une série de crises annoncées : économique, sociale, énergétique, climatique, informatique….

Une crise, même si elle souvent douloureuse, c’est une opportunité, c’est le moment ou jamais… de changer en mieux.

Comment se préparer ? 

Certains pensent qu’il faut s’enfermer dans un bunker avec de la nourriture et des armes.
Non, je pense que c’est une erreur.
Ce qui nous permettra de survivre et de transcender les crises se trouve à l’intérieur de nous-mêmes dans notre cœur, dans notre tête et dans nos mains.
Vos talents vous permettront de vivre et de troquer avec votre communauté.

Voici les savoir-faire à développer pour survivre aux crises : 

  • 1. s'entrainer à moins manger,
  • 2. faire du sport : marcher, courir, pour se maintenir en pleine forme,
  • 3. apprendre à chasser et pêcher,
  • 4. faire son jardin potager,
  • 5. connaître les plantes,
  • 6. savoir fabriquer du savon, des baumes et des remèdes,
  • 7. savoir soigner y compris les dents,
  • 8. coudre et tisser,
  • 9. cuisiner et conserver les aliments par stérilisation, fermentation…,
  • 10. construire des habitations autonomes et avec des matériaux locaux et sains,
  • 11. développer son intuition et la communication par la pensée,
  • 12. savoir vivre en bonne entente avec les autres,
  • 13. écouter, aider,
  • 14. jouer de la musique, danser, compter des histoires,
  • 15. s’occuper des enfants,
  • 16. savoir réparer les objets,
  • 17. faire du vélo,
  • 18. connaître la navigation,
  • 19. savoir piloter les avions, hélicoptères.

“Grâce au survivalisme, nous pouvons revenir à des choses plus vraies. “ Olivier Raud

Travailler chez Ballot Flurin Abeilles Santé est une excellente manière de se préparer.

• Nous sommes survivalistes par essence.
• Nous recherchons à fabriquer nous-mêmes avec le maximum d’autonomie des préparations simples qui soignent et qui nourrissent le corps et l’esprit.
• Nous travaillons de nos mains et favorisons le low-tech.
• Le low-tech ou basse technologie est un ensemble de techniques simples, pratiques, économiques et populaires. Le concept s'oppose au high-tech. Elles peuvent faire appel à des solutions techniques tombées en désuétude. Comme le brassage manuel, la fermentation.
• Nous créons du lien social et de la solidarité.

Catherine Flurin

Fermer

Laisser un commentaire