Apithérapie

2018-05-25

AAAAH…. RETROUVER LE SOMMEIL !

AAAAH…. RETROUVER LE SOMMEIL !

 

Avoir un bon sommeil ne se résume pas à avoir le plaisir de se réveiller le matin en pleine forme. En effet, comme l’indique le site de la Fédération Française de Cardiologie :

“Certaines études ont mis en valeur l'influence du sommeil sur le risque cardio-vasculaire. Une durée insuffisante de sommeil a été associée à une incidence accrue de surpoids et d'obésité, d'hypertension, de diabète et d'élévation des triglycérides”(1).

Peu réjouissant, donc.

Surtout que la quantité à elle seule ne suffit pas : la qualité du sommeil est également essentielle.

Mais le sommeil n’est pas uniquement indispensable pour favoriser une bonne santé, puisque durant notre sommeil “notre corps se régénère, se répare et grandit, nos apprentissages se consolident et un grand ménage se fait dans nos émotions”(2).

C’est la raison pour laquelle le sommeil des ados notamment est tellement important.

Comme la médecine chinoise l’indique, un réveil nocturne peut se faire à une heure précise chaque nuit, heure qui correspond à un organe donné. Ainsi, selon cette médecine, un réveil régulier aux alentours de 2h du matin (heure solaire) signifie que votre foie est peut-être en cause. Foie trop chargé ? Colère non exprimée ? À voir avec votre praticien de santé préféré !

Les conseils incontournables

Voici six conseils en tout cas qui sont incontournables pour retrouver le plaisir de dormir, que votre problème de sommeil soit léger ou plus sérieux  :

 

1 - Avoir (au long court) une activité physique suffisante, histoire d’évacuer le stress accumulé. Et selon votre tempérament et vos besoins, ce peut être une activité très physique en salle par exemple, ou une simple bonne marche dans la nature. Par contre attention à l’activité physique intense en soirée qui aurait plutôt l’effet inverse !

2 - Eviter les repas trop riches (viande, alcool, gras) le soir. C’est un moyen assez imparable de se réveiller au milieu de la nuit pendant au moins deux bonnes heures, le temps d’un cycle de sommeil. En terme de boisson, même l’eau en excès le soir vous garantira certainement des réveils nocturnes !

3 - Eviter les excitants le soir : café, thé noir, boissons énergisantes, cigarette…. la caféine des premiers resterait de 3 à 5 heures dans le corps, et même si elle ne vous empêche pas de dormir, elle risque de dérégler votre sommeil.

 

4 - Trouver un moyen adéquat pour vous de gérer votre stress : sophrologie, relaxation, méditation, ou tout autre moyen qui vous convienne et auquel vous puissiez vous tenir.

5 - Eviter les écrans le soir (télévision, ordinateur, tablette et téléphone)… De plus en plus difficile à mettre en oeuvre de nos jours, surtout chez les ados, mais pas que !

De vous à moi, lire quelques pages après votre programme télé favori, jusqu’à ce que vos yeux se ferment naturellement est assez imparable pour entrer dans le sommeil en douceur.

N’oublions pas que le sommeil vient par cycle de deux heures, et qu’il est bon de prendre le train lorsqu’il arrive en gare ! Sinon il vous faattendre son prochain passage, deux heures plus tard.

6 - Vous aider de la pharmacopée qui possède quelques bonnes plantes reconnues pour leur capacité à favoriser le sommeil (et/ou gérer le stress) comme le tilleul, la marjolaine, la mélisse par exemple pour la gestion du stress ou la camomille romaine pour le sommeil proprement dit.

Tout cela vous le trouvez concentré et dynamisé dans Le grog "dormiiir !", fabrication noble issue d’abeilles heureuses !

Du bon miel de tilleul de nos apiculteurs, quatre plantes de nos beaux terroirs (mélisse, camomille romaine, tilleul, marjolaine), deux elixirs de la ruche et c’est tout ! 100% d’actifs naturels !
> Le miel de tilleul, la camomille, la marjolaine sont reconnus pour leurs vertus apaisantes et relaxantes.
> La mélisse contribue à améliorer la qualité du sommeil, à baisser la tension et à diminuer l’irritabilité avant le coucher.
> Les élixirs venin d’abeille et bois de ruche agissent sur votre sphère psychique et permettent de retrouver votre calme intérieur.

Utilisation : Diluez deux cuillères à café dans une tasse d’eau tiède, et sans attendre boire lentement pour une meilleure efficacité. Consommer avant le coucher pour faciliter l’endormissement ou au cours de la journée pour s’apaiser et se relaxer.

 

Et pour les petits : Le Sirop dodo avec mon amie la lune.

Ce sirop est fabriqué en lune décroissante pour graver l’information de calme et de sommeil, car la lune influence le sommeil. Des études scientifiques(3, 4) montrent ainsi que les temps de sommeil sont moins longs et que l’on s’éveille davantage durant les nuits de pleine lune.

Artisanal, 100% bio et fabriqué à l’ancienne, notre sirop est garanti sans gluten, sans émulsifiant, sans épaississant, sans conservateur et sans arôme artificiel.

Richement dosé en actifs naturels, il contient  :

> du miel de tilleul et de la teinture mère de coquelicot, reconnus pour réduire les états de nervosité, faciliter l’endormissement, favoriser un bon sommeil.

> du sirop de blé (garanti sans gluten), des hydrolats de verveine & fleur d’oranger, des extraits de vanille, de l’huile essentielle d’orange douce, des élixirs de la ruche, reconnus pour ses propriétés relaxantes et apaisantes.
Il réduit les états de nervosité et facilite l’endormissement, chez l’enfant mais également chez l’adulte et les personnes sensibles, et sans entraîner évidemment de dépendance.

 

Utilisation :  Retourner le flacon pour homogénéiser le sirop. Prendre 15 minutes avant le coucher.

Enfants de 3 à 6 ans : 1 cuillère à café par jour.

Enfants de + de 6 ans : 2 cuillères à café par prise jusqu’à 2 fois par jour.

Adultes : 2 cuillères à café par prise jusqu’à 3 fois par jour.

 

Bonne nuit à tous !

 

Sources :

(1) https://www.fedecardio.org/

(2) https://www.passeportsante.net

(3) Smith M, Croy I, and Persson Waye K. “Human sleep and cortical reactivity are influenced by lunar phase.” (2014) Curr. Biol. 24 : R551-R552.

(4) Turányi, C et al. “Association between lunar phase and sleep characteristics.” (2014) Sleep Med. 15 : 1411-6.

Fermer

Laisser un commentaire