Apithérapie

2014-12-19

L’apithérapie : guérir grâce aux abeilles

 

 

Si Hippocrate, père de la médecine, décline déjà les vertus d’une pharmacopée à base de miel, il faudra attendre la fin du XXème et le début du XXIème siècle pour que l’apithérapie, dont le nom ne figure toujours pas dans le dictionnaire, sorte de l’anecdote historique pour se frotter à l’exigence scientifique du monde médical.

En effet, aujourd’hui, de plus en plus d’études démontrent, in vitro et/ou in vivo, que les propriétés des produits de la ruche et leurs applications thérapeutiques sont très larges.

 

La propolis, riche en composés phénoliques et flavonoïdes, est principalement reconnue pour ses propriétés antioxydante et antiseptique (bactéricide, antifongique, antivirale et antiparasitaire). Ainsi, elle peut être utilisée dans le traitement de certaines mycoses ou infections (affections ORL…). De plus, sa complexité encourage la recherche à investiguer plus avant dans les traitements anticancéreux, antiasthmatique ou anti-dépresseur.

Propolis

Le plus connu des remèdes de la ruche: le miel. Le Pr Descottes s'y était justement intéressé de très près. Dès 1978, sur son initiative, une équipe d'infirmières a entrepris des travaux expérimentaux : elle a appliqué du miel pour panser les plaies importantes et les escarres. Ces études ont démontré son fort pouvoir cicatrisant, supérieur même aux traitements classiques.

Miel

Aussi, plusieurs études confèrent au venin une activité anti-inflammatoire, antalgique et anti-cancéreuse. Il a tout son intérêt dans les affections rhumatismales par exemple.

Venin d'abeille

Le pollen, très bon complément alimentaire, participerait également à la diminution du taux de cholestérol dans le sang et devrait être proposé en prévention de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

Pollen

Les études sur la gelée royale ouvrent des pistes dans de nombreuses indications : stimulation de l’immunité, traitement de la ménopauseGelée royale

Tous ces résultats prometteurs doivent inciter la communauté scientifique à approfondir leur recherche en apithérapie et les apiculteurs à récolter des matières apicoles d’une qualité irréprochable. Les abeilles n’ont pas fini de nous étonner et le corps médical a encore de nombreuses voies à explorer !

 

(1)   Résumé de la thèse du Dr Jean Nicolaÿ :

Nicolaÿ, Jean. Perspectives d’avenir en Apithérapie à l’officine, 2014. Université d’Angers. Thèse pour le Diplôme d’Etat de Docteur en Pharmacie. 207p.

10 réflexions au sujet de « L’apithérapie : guérir grâce aux abeilles »

Fermer

Laisser un commentaire